genius loci : venice

série de photographie. (2015)
tirages 60 x 40 cm, 90 x 60 cm et 120 x 90 cm numérotés (en 5+2 exemplaires).

Le titre fait référence à la réactivation du concept antique de «génie du lieu» par Christian Norberg-Schulz pour décrire les éléments imperceptibles, parfois même invisibles, qui composent un lieu.
 
Cette série de photographies a été prise à Venise, sur un trajet en Vaporetto entre Mestre et le Rialto. Les images suivent un protocole précis et rigoureux. Elles sont « brutes », sans retouches ni lumières ajoutées, comme s’il s’agissait du résultat d’une mesure scientifique, l’empreinte directe des photons émis par la ville sur le capteur de l’appareil photo emporté par les mouvements du Vaporetto.
 
Contrairement aux approches traditionnelles de «light painting», où la lumière principale est ajoutée par le photographe et manipulée par une personne de manière intentionnelle, les seules lumières présentes sont celles de l’éclairage public de Venise et les mouvements imprimés sont rythmés par les ondulations des vagues qui portent le Vaporetto.
 
L’image résultante est ainsi le reflet d’une réalité invisible mais néanmoins objective de la ville de Venise, dévoilée par le processus photographique qui tient ici un rôle proche de celui d’un instrument de mesure scientifique tel qu’un appareil de radiographie aux rayons X.